Sandrine Collard, perle de la synthpop

Eté 1986, Vitor Hublot et leur petite gayole font un tabac parmi la jeunesse wallonne. C’est à ce moment que je découvre une perle de la musique électronique minimaliste « Aller simple » du même collectif sorti 3 ans plus tôt. J’ai adoré ce morceau et je trouvais que, malheureusement, il y avait peu de titres dans le même style ma plaisant autant. Comme ce titre s’y trouvait, je me suis tapé des compilations « Flexipop » entières, mais rien !

Sandrine Collard – Je communique

Vers 2002, un ovni débarque sur les ondes de notre radio nationale, une certaine Sandrine Collard nous sort un coup sensass ! Une version des marionnettes de Christophe que je trouve séduisante. S’en suit une émission sur La Première qui lui est consacrée et qu’enfin je découvre son album.

Il m’a fallu du temps pour le trouver, mais l’attente fut récompensée. Tout comme « Aller simple » de Vitor Hublot, il devient, à mes yeux, une référence de la chanson « synthpop » voire « électro-minimaliste ». Une façon de chanter, un peu saccadée par moment, qui transmet de larges émotions et musicalement, c’est une réussite qui n’eut hélas pas le succès mérité.

Les sons électroniques sont magiques et orchestrés par le grand Dan Lacksman (qui en est le producteur).

Ce que j’admire dans cet album, c’est une certaine légèreté, intimiste et délicat, collant bien au côté « minimaliste ». Un album qui sent la modestie et qui pourrait rappeler un certain Dominique A à l’époque de « La Fossette », il y a un petit air de « Va t’en ». Coïncidence, Françoise Breut s’y trouve dans « Le trio des petits mots ».

« le miroir », « les femmes » et « le GSM » sont vraiment de petits bijoux, même si l’ensemble des 14 titres est très réussi. Je vous laisse la découvrir avec quelques unes de ses piste sur sa page « Soundcloud ».

Hélas, peu de nouvelles de Sandrine, j’ai appris, par hasard, qu’elle était derrière  The ideal husband « no bye no aloha » et c’est probablement sa voix, en français, sur « The ritornello ». Une autre petite perle…

Ce qui est sûr, c’est qu’elle a énormément de talent, mais est, hélas, beaucoup trop discrète.

N’hésitez-pas à découvrir son album « Je communique » et, au passage, jeter une oreille à Vitor Hublot « Aller simple » dont j’en parlerai prochainement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *