Pourquoi ai-je quitté Youtube, Google, Messenger, ….

Avant-propos

Ce qui suit n’a rien à voir avec le thème principal du blog. Voyez ça comme un acte militant vers plus de libertés artistiques.

L’emprise des “médias”

On parle souvent des Gafam et de leur monopole et sans remettre en cause ici le modèle capitaliste, un problème de taille subsiste ; celui du monopole de l’information et de la liberté d’expression. Si certaines dystopies ont paru fantaisistes durant des années après leur sortie, certaines sont aujourd’hui considérées comme très visionnaires ; rien que 1984 de George Orwell en est l’exemple flagrant.

La liberté d’expression, de choix et d’opinion, ne devrait en aucun cas être hypothéquée, quelle qu’en soit la raison. Or c’est bien ce qu’il se passe avec les Gafam, ou plutôt les Gaf & Co : Google, Amazon et Facebook et autres…

2016 est l’année-charnière où le grand public découvre avec effroi la puissance du « big data » et le pouvoir des réseaux sociaux lors de l’élection surprise de l’Oncle Donald. Cambridge Analytica avait fait la une de la presse spécialisée, accusée d’avoir manipulé l’opinion publique américaine. De même que pour le Brexit, ils ont avoué n’avoir fait qu’un travail limité.

Il est aussi important de considérer l’allégeance des Gaf & Co avec le gouvernement chinois, pour tout ce qui est répression et censure, tout ça rien que pour s’implanter dans le marché chinois et accroître leurs bénéfices.

Il avait aussi été relayé la rumeur selon laquelle Amazon serait capable de prédire nos achats et pourrait même les envoyer de manière anticipée. Vision qui ne serait pas délirante, compte tenu des évolutions de l’intelligence artificielle.

Ca fait réfléchir, non ? Mais ce n’est pas tout.

De nombreux débats et positionnements des principaux acteurs (« les vidéastes ») de Youtube (donc Google) ont lieu à propos de la censure et de la gestion des droits d’auteur. Le pouvoir que s’octroie Youtube est tout aussi contestable que stalinien ! N’oublions pas que le travail est effectué par ces acteurs et les gains sont majoritairement distribués entre Google et les ayants droit, même lorsqu’il s’agit d’exceptions au droit d’auteur. Brefs, leurs droits (aux acteurs) sont bafoués.

Aussi, toutes les recherches faites sur Google alimentent leurs bases de données et leurs algorithmes sont tels que les recherches sont trop ciblées. Par exemple les recherches d’un « complotiste » auront toujours tendance à aboutir sur des sites à vocation « complotiste ». Pour en revenir à la collecte de données, celles-ci alimentent le big data et sont souvent revendues à des entreprises qui ont rarement une vocation altruiste n’hésitant pas à faire du profit en dépit de nos libertés et de notre bien-être.

Bref, autant d’exemples démonstratifs qu’une sorte de dictature numérique s’installe progressivement avec notre consentement. Je pense qu’il est temps de réagir et de ne plus se soumettre à leur autorité, surtout que des alternatives existent ou ne demandent qu’à exister : Peertube, Qwant, Signal, …

Bien sûr, ce n’est pas le même confort, mais la liberté a un prix et celui-là n’est rien comparé à ce qui pourrait nous attendre en nous soumettant aveuglément aux Gaf & co.

La révolution c’est aussi ne pas se soumettre, donc « Viva la revolucion ! », comme disait le Ché.

Voilà, j’ai simplement choisi mon camp et vous ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *