Preenfm 2, la FM pour le bidouilleur de son !

Le début des années 80 a vu naître publiquement un nouveau type de synthèse, laquelle n’avait quitté les laboratoires d’université depuis son invention en 1973 par John Chowning. C’est 10 ans plus tard qu’elle apparaît sur la scène electropop de l’époque, propulsée par Yamaha et son fameux DX7.

Une synthèse qui, si elle est facilement assimilable mathématiquement par une combinaison de sommes et de produits de A sin(wt), a, en revanche, la mauvaise réputation d’être froide et difficile à programmer.

Certes, il est vrai que l’on peut obtenir des sonorités qui arrachent les tympans, mais pas que, on peut aussi avoir du chaud et du gras. Par contre, à l’époque, sa programmation est un véritable casse-tête. Heureusement que les éditeurs sur ordinateur nous sont venus à la rescousse vers la fin 80 début 90.

Depuis quelques années, un certain Xavier Hosxe avec quelques collaborateurs, travaillent sur un projet open source nommé « Preenfm », qui n’est rien d’autre qu’un synthétiseur FM tout à fait unique en son genre.

Pour ma part, comparé à mes nombreux Yamaha d’époque, c’est le meilleur que je possède ! Car si le constructeur Japonais a su décliner son offre de plusieurs variantes, ça n’a jamais vraiment rendu la synthèse FM accessible. C’est justement ce qu’un groupe de Français ont réussi, d’une part avec son éditeur PC/ Mac et même à partir du module lui-même.

Oui, parce que le Preenfm 2 est un « expandeur » FM matériel à monter soi-même (on peut le trouver assemblé) allant jusqu’à 15 voies de polyphonie et multi-timbre sur 4 canaux, reprenant l’essentiel de la synthèse du DX7, mais en plus, avec la possibilité de faire de la synthèse additive et soustractive.

Donc, 27 algorithmes de 6 opérateurs de multiples formes d’onde « sinusoïdales, carrées, triangulaires, bruit, …. et même personnelles » que l’on peut filtrer comme pour la synthèse soustractive le tout avec le contrôle, par patch, de 3 LFO, 2 générateurs d’enveloppe (en plus d’un générateur d’enveloppe par opérateur), 2 séquenceurs et tout ça assignable par une matrice de 12 entrées. Elle est pas belle la vie ?

Ce n’est pas tout, il y a aussi un arpégiateur. si si !

En résumé, il ne lui manquerait qu’un multi-effet, mais ça se trouve si facilement que c’est un détail.

Alors, le Preenfm pour qui ?

Bien, pour tout le monde. Idéal pour débuter en synthèse FM, pour le « sound design », combinant les 3 type de synthèse (additive, soustractive et FM) c’est un produit aux dimensions uniques. On le trouve neuf pour ± 200€ à monter soi-même ou 285€ assemblé (on peut aussi le retrouver à 200€ assemblé). C’est vraiment un instrument unique, le compagnon idéal du « bidouilleur » de son.

Par contre, si vous êtes plutôt un utilisateur de « preset », vous risquez d’être un peu frustré. Ceux fournis ne sont pas tous géniaux et même si on peut importer les « sysex » du DX7, ça ne sonne pas aussi bien que sur l’original d’autant que ça ne vous restituera pas tout le potentiel de la machine.

Le boîtier en métal est préférable plastique, car j’ai rencontré quelques difficultés avec ce dernier.

Il semblerait que Van Daal Electronics soit le distributeur privilégié, en tout cas, il est le plus souvent référencé ou si vous être un bon électronicien, le site officiel vous fournit toute la documentation pour le faire vous-même.

Voici deux exemples de son pour vous donner une idée de la bête, car elle sait être riche et chaleureuse. Ce sont des exemples de sonorités vite faites.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *