Arturia V Collection 7, des légendes pour pas cher ?


Arturia sorti son nouveau lot de synthétiseurs analogiques et autres; la V Collection 7
Alors, puis-je avoir le son du fameux Yamaha CS-80 et du CMI Fairlight pour moins de 500 € ?


Arturia est, sans conteste, la référence française de la virtualisation de synthétiseurs analogiques et, depuis quelque temps, numériques. J’avais acquis l’ensemble, il y a quelques années, parce que des musiciens, comme Jean-Michel Jarre, en vantait la qualité et le réalisme époustouflant de ces copies numériques.

J’avoue avoir été très déçu, si ces répliques permettaient d’obtenir le son et le caractère de leur modèle, je crois que le sujet serait clos depuis longtemps. Le hardware ne serait plus que l’affaire de collectionneurs.


Malheureusement, il n’en est pas ainsi. Il est vrai que l’on retrouve un peu les sonorités d’époque, il y a un petit goût, mais…



Il faut cependant avouer que certains sont de vraies réussites et paradoxalement, ils n’ont pas le même son que leur étalon. Par contre, ils en ont le caractère et c’est là le plus important.

Par exemple, le DX7 V, réplique du DX 7. Si on reprend les « sysex » de l’original et qu’on les compare (donc exactement les mêmes paramètres de son) on a souvent des différences notoires. A ce titre, Dexed de Digital SubUrban (célèbre plugin opensource que je vous recommande), sonnera de manière plus fidèle.

Mais, le DX7 V de Arturia n’en est pas moins bluffant, si on oublie la parfaite similitude du son, on a vraiment l’impression d’avoir à fair à un DX, ça réagit comme tel ! C’est vivant, ça a du punch, l’impression est excellente. On croirait le vrai.

Le CZ est également une très belle réussite, tout comme le piano Rhode. C’est le cas de la plupart des modélisations de synthétiseurs numériques de cette collection et de certains instruments électroacoustiques ou plus simplement du piano acoustique, lequel est un vrai rival pour Modartt et son fameux Pianoteq.

Par contre, je suis moins convaincu par les modélisations des synthétiseurs analogiques, ça a le son, oui…. Mais c’est tout. C’est aussi proche de l’original que les pianos numériques du milieu des années 90 l’étaient de l’acoustique.

Ce que j’avais rédigé à propos de la virtualisation du Juno, pour ma part, reste d’application.

Globalement, l’ensemble est excellent, même si certaines machines de légende ne sonnent pas aussi bien. C’est aussi un bon moyen d’avoir du matos nomade et avoir une idée de ce que ça pourrait donner sur les originaux. Surtout que le prix est dérisoire comparé aux vrais.

Même si Arturia optimise très bien les ressources CPU, un i7 de génération récente est préférable !

Avertissement

L’abus de matériel (ou de logiciel) est souvent préjudiciable à la créativité 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *