J’ai acheté un Juno en boutique.

Avez-vous remarqué, les claviéristes sont souvent des gens fidèles. Non, pas en relation sentimentale, mais envers leur marque de clavier. Du coup, ça forme des « clans », les Yamahistes, les Korguistes, les Claviaistes, les Mooguistes, les Rolandistes, …
Le plus curieux, si vous leur posez la question, pourquoi cette marque plutôt qu’une autre ? Et bien ils vous diront que ça sonne mieux. Tous prêcheront pour leur chapelle avec la même conviction.

Moi, je suis Rolandiste et je vous expliquerai pourquoi après, mais aussi, pourquoi les plugins imitant des instruments mythiques échouent généralement.

Les photographes sont pareils (Oui, j’étais photographe dans ma jeunesse.), pourquoi Nikon et pas Canon ? Pourquoi Mac et pas PC ? Pourquoi Mercedes et pas BMW ? Vanille ou pistache ?

Installez-vous et racontez-moi votre enfance, me dit le psychologue…


La fameuse madeleine de Proust, une particularité psychologique que nous avons tous ; plus le terrain est connu, plus nous nous sentons en zone de confort et si un élément est associé à un événement agréable, nous aurons tendance à l’apprécier, surtout s’il fait partie d’un souvenir de notre « jeunesse dorée ». Les expériences de l’enfance déterminant fortement les goûts des adultes que nous devenons, nous avons tendance à les conserver et renouveler l’expérience, juste parce qu’elle nous a parue positive.

Aujourd’hui les grandes marques d’instruments électroniques ont toutes acquis un niveau de maturité excellent et il est impossible de déterminer qui de Korg, Roland, Yamaha, Clavia, Moog, DSI, … est le meilleur. Tout simplement parce qu’il n’y en a pas.
Nous sommes humains et avons nos propres préférences et notre perception affinée au fil du temps. Je sais pourquoi je considère Roland comme le n°1, alors que c’est bien connu, le n°1 c’est Clavia. Euh non, Yamaha, euh non Korg, ….


Mais pour quelle raison ai-je acheté deux Juno boutique et pas un Minilogue, même si techniquement le Minilogue est plus évolué ?


Qu’est-ce qu’un Juno ? Et bien, mise à part un synthétiseur « analogique » (c’est quand même des DCO, ce n’est donc pas 100 % analogique ), sorti au début des années 80, qui a un peu tenu tête face à l’écrasant DX7 de Yamaha, c’est un synthétiseur très basique : un seul LFO, un seul oscillateur ( oui, et un sub), un seul filtre, un seul générateur d’enveloppe,…

Vu comme ça, c’est le plus basique des synthétiseurs et pourtant, presque toutes les imitations ont échoué.

Beaucoup de personne s’extasient devant le TAL UNO LX, comme étant une copie parfaite du Juno, tandis que d’autres hurlent au scandale, de comparer cette pâle copie à ce vénérable objet culte.

Objectivement, la sonorité des deux est très proche et parfois bluffante. Oui, la copie virtuelle a le son du Juno. Bien-sûr, ce n’est pas du 100 %, on entend une différence, mais tellement subtile ! Je l’ai essayé et j’avoue avoir ri ! Ensuite, m’est revenu à l’esprit le célèbre slogan Canada Dry ; Ca a le goût du Juno, mais ce n’est pas un Juno !

A l’époque, on s’amusait à comparer les pianos numériques pour savoir lequel était le plus réaliste. J’en avais essayé beaucoup, jusqu’au jour où j’ai pu jouer sur un prestigieux Yamaha à queue, acoustique donc, très haut de gamme dans une chouette salle de concert et ma première réaction à été « Arg, il fait vachement synthétique ! ». J’allais presque ajouter que c’était mal imité.

C’est là que j’avais compris.

J’ai souvent eu l’occasion de jouer sur Bösendorfer, bien avant ce fameux Yamaha. C’était au temps où j’écoutais beaucoup de musique classique et ma référence du piano s’était forgée sur ceux que l’on enregistrait le plus souvent : Bösendorfer et Steinway.

Si on regarde objectivement, ces pianos sont tout deux excellents. Lequel est le meilleur ?

En pianissimo, il m’arrive de confondre Steinway et Bösendorfer, mais pas longtemps, parce que très vite, au cours de l’œuvre, le caractère du piano se révèle. Ils ont tout deux un son de piano, parfois très proche, mais n’ont pas du tout le même caractère. Le Bösendorfer semble plus doux, mais le Steinway peut être tout aussi doux. Le Steinway est plus claquant dans les fortissimo. Ben… Le Bösendorfer aussi sait être très claquant.
« Ouais, mais ce n’est pas le même ! »

Non, ce n’est pas le même, ils ont tout deux un son proche, on peut parfois les confondre (une note ne suffi parfois pas à les différentier, sauf extrême) et pourtant, ils sont si différents. En fait, ils n’ont pas le même caractère (pour ne pas dire tempérament, ce serait mal interprété), pour causer comme les grands, ils n’ont pas la même musicalité, pas la même signature sonore.


Maintenant, voici pourquoi j’ai acheté un Juno en boutique.


Roland, mieux que quiconque, connaît sa propre signature sonore, ils l’ont travaillée, c’est leur métier. Toutes les grandes marques d’instruments ont leur propre signature et musicalité, c’est comme ça que l’on fidélise le client.
Même en Hifi ! D’ailleurs, pourquoi les passionnés de Haute Fidélité préfèrent-ils une marque à une autre ? Les instruments enregistrés ne changent pas !
Non, mais chaque marque a sa propre signature sonore, tout simplement.

Pour ma part, comme beaucoup d’autre, je suis très séduit par la musicalité de Roland, elle répond à quelque chose qui est fortement ancré en moi. Oui, le son de piano du FA paraît, à de très nombreuses personnes, moins bien que celui du MODX de Yamaha, mais la musicalité du Roland me paraît tellement mieux, que j’ai prix le Roland ; plus cher et plus vieux.
La marque que j’aime le moins est souvent Clavia. Vous rendez-vous compte, celle considérée comme le top parmi de nombreux claviéristes pro ! Oui, mais ce n’est pas ce qu’inconsciemment, je cherche.


Foutaise ! C’est parce que je vois la marque et du coup, je manque d’objectivité et je trouve le son meilleur chez Roland. Pure dissonance cognitive !


J’ai fait de nombreux tests en aveugle sur des différents enregistrements sans connaitre les marques qui se cachaient derrière. La plupart du temps, j’ai trouvé les sons Roland plus séduisants, là où d’autres trouveront leur marque fétiche bien meilleur. En réalité, j’ai visiblement été conditionné à une marque à mon insu, donc fidélisé.


Oui, mais le Juno ?


Alors, j’ai acheté un JU-06A et je trouve le plugin de TAL totalement dépourvu d’intérêt. Si le plugin a le son, mais pas la musicalité – le Juno étant un des synthétiseurs les plus basiques, sans la musicalité de Roland qu’eux seuls savent reproduire – ça n’a vraiment aucun intérêt. Ce sera juste le plugin d’un synthétiseur très basique.

Par contre, le JU-06(a), est un synthétiseur basique, avec la musicalité propre à Roland et là….. C’est tout à fait autre chose, mais que vous ne pouvez comprendre si vous n’êtes pas Rolandiste. Rien à voir avec le bon et le mauvais chasseur !

Voilà pourquoi les uns trouvent l’émulation parfaite et d’autres grotesque !

Petite anecdote : Je trouve également la legacy collection de Korg très mauvaise. Pourtant, c’est fait par le même fabriquant ! Oui, mais là je crois que le compromis technologique y est pour beaucoup.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *