Section 25, une histoire de famille…

C’était au milieu des années 80, époque où j’écoutais la radio en noir et blanc émise depuis Mont Ste Aldegonde : la fameuse Radio TLM. En fait, j’écoutais surtout une émission qui passait le soir, nommée si mes souvenirs sont bons Standing Stone. Deux demoiselles passaient, parfois en boucle, quelques titres plus « underground » que je n’avais alors entendu que là.

Parmi ces titres, il y avait un tube anglais qui m’avait hypnotisé. Une voix très douce, basse à l’arpégiateur et des nappes en mode mineur accompagnés d’effets synthétiques.

Le voici :

Looking from a hilltop

Je n’étais jamais parvenu à trouver le LP, jusqu’à la popularisation de l’Internet.

De ce que j’ai appris, Section 25 est né dans la Factory de Manchester, là où Joy Division se produisait. C’est d’ailleurs Ian Curtis, les a produits pour leur premier « 45 ».

Au départ, en 1977, juste les frères Cassidy, puis est venu Paul Wiggin jusqu’en 1982 et d’autres. Mais leur « tube » viendra en 1984 avec la venue d’Angela Flowers et Jenny Ross, future épouse de Larry Cassidy et auteure de ce fameux « Looking from a hilltop ».

Le couple fera bande à part avec Love and Hate et ce sera la mise de côté de Section 25 jusqu’au début 2000. Malheureusement ce retour sera perturbé par le décès prématuré de Jenny Ross.

Les choses ne se sont pas arrêtées là, la jeune Bethany avec une voix très proche de sa mère prendra la relève. Même le décès du père en 2010 ne mettra même pas fin au groupe, lequel continuera avec Joanna, la sœur de Bethany et bien entendu le tonton présent depuis 1977.

Une véritable histoire de famille. Il est rare que la continuité d’un tel groupe soit transmise en « héritage ».

Section 25 est devenu plus électro que jamais depuis l’album « Retro fit ».

Vous pouvez aussi les retrouver sur Bandcamp où deux albums sont disponible à l’écoute.

https://klanggalerie.bandcamp.com/album/elektra

https://klanggalerie.bandcamp.com/album/eigengrau

Mais aussi sur leur canal Youtube

Wardance it’s a new dance…

1978, Plastic Bertand avait emboîte un premier pas dans la pop synthétique belge avec son « Tout petit la planète », dont le son du Moog résonnera encore quelques années plus tard.

4 années passent et sort de la scène underground un album très particulier « The right to die ». Si Renaud disait à l’époque « Je suis une bande de jeune à moi tout seul », Marcel Thiel aurait pu ajouter « Je suis un groupe à moi tout seul ».

Venu de la scène punk en tant que bassiste dans le groupe Chainsaw, Marcel Tiel aka Micky Mike forme à lui seul le groupe Snowy Red qui restera plutôt confidentiel au début des années 80, mais qui sera une référence à la fin de cette décennie avec son fameux tube « Euroshima » acclamé par la scène New Beat.

Euroshima version 1982

Décédé en mai 2009, Micky Mike aura laissé une petite discographie fort sympathique et si « Euroshima » a un petit air de famille avec le tube électro de Plastic Bertrand, le reste est relativement différent et vaut le coup d’être écouté. Surtout si vous êtes fan des débuts de la « synth pop » du début des années 80.  Tout aussi minimaliste qu’efficace, Snowy Red c’est le charme d’une époque hélas masquée par les vedettes du moment, que je vous invite à redécouvrir.

La chaine de Snowy Red

Mac OS est-il plus avantageux que Windows pour la musique ?

Avant-propos

Loin de moi l’idée de créer une polémique sur Windows-Mac OS, car les deux plateformes ont leurs avantages respectifs (y compris en musique) et ces avantages résultent d’un choix stratégique qui font que ces plateformes ont des avantages très ciblés du fait qu’elles ont été conçues pour des usages bien définis.

Le Mac pour les musiciens

S’il est de notoriété que le Mac est cher, pourquoi le voit-on si souvent auprès des musiciens ? Simple habitude du passé ? Pas tout à fait !

Remontons aux prémices de Mac OS X, l’époque où régnait dans le monde Apple Mac OS 9 très apprécié des musiciens. A cette époque, tout comme sur Windows, des outils tiers étaient indispensables pour ceux qui voulaient manipuler de nombreux instruments midi. Ceux qui ont connu cette période se souviennent sûrement de OMS (Open Music System) de Opcode System, de Free Midi de Mark of the Unicorn et autres…

Tout comme Windows, Mac Os Classic (les versions précédent OS X) n’était pas conçu pour la musique, tout a été « rajoute à posteriori » ! C’est pourquoi avec l’arrivée d’OS X, Apple avait décidé de bien faire les choses et de créer une couche logiciel, intégrée à l’OS, pour les musiciens : Core Audio et Core Midi. Ils ont d’ailleurs débauché des ingénieurs de chez Opcode System pour la réalisation de cette couche très élaborée.

Notons que Microsoft avait fait une tentative en ce sens avec Direct X, mais ça a visiblement été boudé par les développeurs, bien que la gestion des plugins audio soit bien pensée : Peu importe le dossier où la librairie se trouve, c’est l’appel à la couche Direct X qui gère tout.

Et oui, point d’Asio®, point de Asio4All®, ni d’utilitaire pour des agrégats de cartes son ou pouvoir utiliser plusieurs applications audio en même temps en faible latence sur la même interface audio. Tout ça c’est inclus dans Core Audio.

A la question, il y a-t-il un avantage à utiliser un Mac pour la musique ? Oui, certainement ! Mais il y a aussi un avantage à utiliser un PC Windows pour la musique, par le simple fait du rapport prix/puissance et le fait que l’on puisse mettre des cartes son PCIe sur un PC à moindre coût.

Petite anecdote (qui ne fait pas foi)

J’avais définitivement abandonné le PC en 2008 après 4 années à cheval sur les deux plateformes. Ce mois-ci, j’ai à nouveau essayé Windows sur un Dell Optiplex 7010 i5 tout à fait comparable (au niveau performances) à mon Mac Mini i7 de 2012. Les 2 OS dans leur dernière version à jour.

Sur le Mac, le branchement de la carte son ne nécessite pas de pilotes et peut fonctionner derrière un hub USB. Je l’ai branchée et hop, c’était parti. Sur le Dell, j’ai branché la carte son, installer les pilotes et dû la retirer du Hub pour la connecter directement.

Ensuite, j’ai lancé Cubase 6.0.7 et voulu lancer Sonar de Bandlab et j’ai eu un message me demandant de changer d’interface audio, car celle-ci était déjà prise. Sur Mac Logic X, Cubase 10 et Studio One peuvent fonctionner en même temps et avoir accès aux mêmes ressources.

J’ai acquis une Behringer XTouch, elle est en réseau. Sur Mac, le RTP est natif, tandis que sur Windows, il a fallu installer un appli tiers, tout comme pour une ancienne carte USB Akai où il a fallu Asio4All sur Windows.

Aussi, chose toujours étonnante en 2020, à paramètres égaux et en USB, la latence est plus faible sur Mac que sur Windows, 11ms contre 18ms. Probablement une meilleure optimisation de la pile USB.

En résumé, sur Mac, j’ai branché la carte son et ça a tout de suite fonctionné. Sur le Dell, j’ai dû ajouter des applications tiers et la retirer du Hub pour la mettre en directe. On voit que le système Apple a été conçu et assez bien optimisé pour la musique et bien souvent, tout fonctionne du premier coup. Chez Microsoft, laisse plutôt le soin aux tiers de gérer ça.

Ca s’est souvent passé comme ça, pour ma part, sur Mac et sous Windows.

De ma modeste expérience : est-ce que Mac est mieux que Windows ?

Non, pas forcément, c’est une question de cible. Disons que c’est plus délicat sur plateforme Windows où il vous faut optimiser vous-même le système pour avoir les meilleures performances, c’est moins « plug and play » !

Maintenant, face au coût d’Apple, certains musiciens abandonnent la plateforme pour Windows où la puissance est à moindre coût et en sont tout à fait ravi. C’est vrai que les 2000€ de prochain Mac Mini qui m’intéresse me font réfléchir. Mais bon, je suis plutôt Logic !

Pourquoi Windows n’est-il pas conçu pour les musiciens ?

Le monde Microsoft est énorme et il le gère plutôt bien. Windows est un OS généraliste, tellement généraliste, qu’il faille l’adapter à nos besoins parfois spécifiques. Ce que des développeurs tiers font très bien.

Chez Apple, la cible est aussi le milieu artistique : Photo, Vidéo, Prépresse, Graphisme, Audio et les vieux gâteux comme moi. Mac OS n’est pas ce qu’il y a de plus généraliste, il y a même des domaines où il est carrément exclu ! De ce fait, il vaut mieux qu’il fasse très bien ce pourquoi il a été conçu !

Ce qui est sûr en musique, c’est que Windows peut faire tout aussi bien que Mac, mais pas en mieux. Mais ça a un prix !